Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelles à l'attention des candidats étrangers

En 2014 le gouvernement fédéral a demandé aux provinces de définir quels étaient les établissement aptes a donner une formation professionnelle reconnue afin d'éviter que n'importe qui s'inscrive dans n'importe quel établissement pour obtenir un visa étudiant.

Si vous souhaitez venir étudier au Québec, lisez bien ce qui suit et jusqu'au bout.

Depuis le 1er janvier 2016, le ministère de l'immigration du Québec à décrété que tout candidat étranger qui veut obtenir un visa étudiant, délivré par le Canada, doit, pour obtenir le Certificat d'acceptation du Québec, être inscrit dans un "Établissement d'Enseignement Désigné".

Pour cela, le ministère qui a défini les critères pour être admissible comme EED, est le ministère de l'Éducation et celui-ci à décidé que seuls les établissements qui donnent une formation de type collégial et délivrent une Attestation d'Étude Collégiale (AEC) sont reconnus comme EED.

Hors, malgré leur affiliation au ministère des Transports du Canada, les écoles de pilotage du Québec, qui n'ont pas cette AEC, ne peuvent plus recevoir d'étudiants étrangers à moins de se conformer aux nouvelles règles du Québec.

Celle-ci sont très lourdes administrativement, très couteuses, très longue à mettre en œuvre et très couteuses à maintenir aux normes.

De plus, cela coute plus cher aux candidats et cela rallonge la durée de la formation pour une AEC totalement inutile pour des pilotes étrangers.

Chose curieuse, seules les écoles du Québec sont soumises à ces règles, car les autres écoles au Canada sont de fait reconnues comme EED dans leur province respective.

Alors pourquoi au Québec les écoles de pilotage avion, qui sont administrées par les lois fédérales et délivrent des licences de pilote professionnel, ne sont reconnues comme EED ?

Seul un bureaucrate d'un des deux ministères pourrait en toute logique répondre à cette question;

Ben voyez-vous ! je n'en suis pas sur, parce que lorsque l'on demande à l'immigration, ils répondent que c'est à l'éducation de décider et quand on demande a l'éducation ils répondent que c'est l'immigration qui décide au final, vous voyez même eux ne savent plus qui est réellement responsable de cet imbroglio.

Bref ! si vous voulez venir faire une formation de pilote privé, il n'est pas nécessaire de demander un visa étudiant, avec un visa touriste vous avez jusqu’à six mois de séjour, ce qui est amplement suffisant et vous pourriez en profiter pour faire votre qualification vol de nuit, quelques navigations incluant une 300 Nm et pourquoi pas la qualification multimoteur.

Ensuite vous retournez chez-vous prendre un break (une pause famille) puis vous revenez avec un visa touriste pour une deuxième période pour faire la qualification de vol aux instruments, de temps à autres quelques heures de vol avec un instructeur, des navigations en solo puis avant de partir, étant donné que vous avez tout ce qu'il faut, pourquoi ne pas passer l'examen théorique et le test en vol pilote professionnel ? De cette façon vous repartez avec une licence de pilote professionnel avec les qualifications vol de nuit, vol aux instruments et multimoteur et tout cela en deux périodes de six mois chaque.

Et l'avantage est qu'il n'y a rien d'illégal dans cette démarche étant donné qu'un pilote privé à tout a fait le droit de venir au Canada passer des qualifications, vol de nuit, vol aux instruments et multimoteur pour le plaisir.

Imaginez, un pilote privé qui a toutes ces qualifications et les heures de vol pour obtenir une licence de pilote professionnel et qui viendrait pour un séjour de quelques semaines, rien ne pourrait de l'empêcher de concrétiser sa formation, une fois découpée en tranche, ce n'est plus un stage de formation professionnelle ou une formation académique.

C'est un peu comme si vous veniez au Québec pour apprendre à faire du canoë ou du chien a traineau, rien ne vous empêche de venir faire plusieurs séjours successifs afin de vous perfectionner et, pourquoi pas, d'en faire un métier...

Partager cet article

Repost 0